Prévention Anti-dopage

Je m’appelle Miriame Fellag et je suis membre de la comission antidopage en 1ere instance à la fédération de Lutte depuis exactement un an.

 

J’ai participé à trois commissions au cours de l’année 2017-2018, et sur tous les cas, les athlètes contrôlés positifs étaient des grapplers. Cette récurrence me laisse perplexe sur plusieurs points.

 

Pourquoi un grappler aurait recours au dopage?

 

Pour l’argent???

En France il est très difficile de vivre du grappling, la plupart d’entre nous pratiquons avant tout par amour de la discipline. Oui parce qu‘ il faut de l’amour pour investir tant de temps, tant d’énergie pour une discipline sportive si peu reconnue et qui pourtant gagnerait à l’ être…

Une discipline qui risque aussi de devenir tristement célèbre pour ses cas de dopages. 

Parmi les athlètes contrôlés positifs ces dernières saisons certains étaient sur la plus haute marche de podiums nationaux. 

 

Si ce n’est pas pour l’agent, pourquoi? 

 

Pour le prestige???

Quelle satisfaction peut on ressentir lorsque l’on gagne un titre par la triche?

Oui le dopage c’est de la triche, c’est vouloir prendre l’avantage sur ses adversaires de manière frauduleuse 

C’est lâche parce que c’est fait à l’insu de ses adversaires, partenaires d’entrainement, amis et famille qui se déplacent pour vous voir mener un combat gagné d’avance.

C’est lâche parce que se doper c’est avoir la paresse d’identifier ses faiblesses et de se donner les moyens légaux et moraux pour devenir meilleur. 

Donc posez vous la question dans les vestiaires ou juste avant de monter sur un tatami: suis-je un lâche? 

 

Si ce n’est pas pour le prestige pourquoi?

 

Pour la carrière???

Lorsqu’on accumule les titres, les médailles et les photos sur les podiums, on pense se construire une carrière en or…. ou en carton? 

Le meilleur moyen de vivre du grappling c‘est d’ouvrir un club, mais quel adhérent voudra payer une cotisation à un tricheur? Quels enseignements comptez vous donner alors que vous même vous n’avez pas confiance en vos aptitudes et que par conséquent vous décidez de développer artificiellement vos capacités?

 

L’ultime motivation serait de croire qu'on ne vous pincera jamais?

 

Lance Armstrong le pensait aussi…

Les athlètes Russes n’ont pas pu participer au dernier JO d’hiver à cause du scandale de Sotchi 

Si les services secrets Russes n’ont pas réussi à dissimuler les preuves de dopage de toute la délégation olympique, comment vous, simples athlètes amateurs (dans le sens où le grapping n’est pas considéré comme un sport de haut niveau), parviendriez vous à ne pas vous faire avoir? 

 

 

Le jeu n’en vaut vraiment pas la chandelle…

 

Miriame Fellag

Nutritionniste du CFG et membre de la comission antidopage à la FFL

 

Télécharger
Prévention Anti-Dopage par Younous Ziara
Prévention Antidopage cfg 1.pdf
Document Adobe Acrobat 140.2 KB

LE CONTROLE ANTI-DOPAGE: COMMENT CA SE PASSE?

Télécharger
procédure du contrôle anti dopage
Procédure du contrôle antidopage.pdf
Document Adobe Acrobat 1.9 MB

INTRODUCTION A LA LUTTE ANTI-DOPAGE

Télécharger
Introduction à la lutte anti-dopage
Introduction à la lutte antidopage.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

DOCUMENT SUR "LA SECHE"

PRINCIPES :
Limiter les apports en graisses.
Consommer des aliments à faibles indices glycémiques.
Augmenter vos apports en protéines.

OBJECTIFS
Préserver la masse musculaire
Prévenir les carences
Eviter une perte de poids par déshydratation

Télécharger
CFG-Sèche.pdf
Document Adobe Acrobat 972.8 KB

LE DOPAGE: Comment le définir?

DÉFINIR LE DOPAGE

"Dans l’usage courant, le terme «dopage» renvoie à différentes significations. De manière générale, il correspond à l’usage d’une substance qui améliore les performances physiques ou mentales. Il peut alors avoir une connotation positive ou négative. Le dopage est parfois confondu avec la toxicomanie, se doper est alors utiliser comme « se droguer ». D’ailleurs, « la dope », renvoie plutôt aux drogues qu’au dopage. Dans ce cas les termes « dopage » et « se doper » ont une connotation strictement négative.

Dans le cadre de la pratique sportive, le dopage est une infraction qui se définit par la violation des règles suivantes (cf Code mondial Antidopage) :

    La présence d’une substance interdite, de ses métabolites ou de ses marqueurs dans l'échantillon fourni.
    Il incombe à chaque sportif de s’assurer qu’aucune substance interdite ne pénètre dans son organisme. Les sportifs sont responsables de toute substance interdite, de ses métabolites ou marqueurs, dont la présence est décelée dans leurs prélèvements corporels.
    
    L’usage ou la tentative d’usage d’une substance ou d'une méthode interdite.
    
    Le refus ou le fait de se soustraire sans justification valable à un prélèvement d’échantillons après notification, en conformité avec les règlements antidopage en vigueur, ou encore le fait d’éviter un prélèvement d’échantillons.
    
    La violation des exigences de disponibilité des sportifs pour les contrôles hors compétition, y compris le non-respect par les sportifs de l’obligation de fournir des renseignements sur leur localisation.
    
    La falsification ou la tentative de falsification de tout élément du processus de prélèvement ou d’analyse des échantillons.
    
    Possession de substances ou méthodes interdites.
    Ce point s’applique autant au sportif lui-même qu’à un membre du personnel d’encadrement, en relation avec un sportif en compétition ou à l’entraînement.
    
    Le trafic de toute substance ou méthode interdite.
    
    L’administration ou la tentative d’administration d’une substance ou d’une méthode interdite à un sportif, ou l’assistance, l’incitation, la contribution, l’instigation, la dissimulation ou toute autre forme de complicité entraînant la violation d’un règlement antidopage, ou tout autre tentative de violation.

9.  Assistance, incitation, contribution, conspiration, dissimulation ou toute autre forme de complicité intentionnelle impliquant une violation des règles anti-dopage.

10. Association, à titre professionnel ou sportif, entre un sportif et un membre du personnel d’encadrement du sportif qui purge une période de suspension ou a été condamné ou reconnu coupable, dans une procédure pénale, disciplinaire ou professionnelle, d’avoir adopté un comportement qui aurait constitué une violation des règles antidopage.

Cette définition du dopage concerne donc strictement les sportifs au nom de l’équité sportive, en effet il n’est pas interdit pour un étudiant, ou un salarié de consommer des produits pour améliorer ses performances. On parle alors de conduite dopante : consommation de substance pour affronter un obstacle réel ou ressenti à des fins de performances (Laure, 2000). Il en est de même pour un sportif qui consomme un médicament autorisé (du paracétamol par exemple) afin de faire face à un entraînement ou une compétition."

source: http://www.ecoutedopage.fr/pages/le-dopage/information-et-definition.html


LES SANCTIONS
En cas de manquement au règlement antidopage, les sanctions disciplinaires peuvent aller d’un simple avertissement à la radiation définitive. Entre les deux, les sportifs risquent l’interdiction temporaire ou définitive de participer à des compétitions.

Par ailleurs, les pénalités sportives peuvent entraîner le retrait de médaille et de titre.

Il est à noter qu’à ce jour en France, le simple usage de substances dopantes n’est pas pénalement répréhensible. Par contre, "la détention de certains produits dopants par le sportif" mais aussi "la fabrication, la production, l’importation, l’exportation et le transport illicite de produits dopants" (Loi contre le trafic du 3 juillet 2008) sont pénalisés.

De plus, depuis l’ordonnance n°2010-379 du 14 avril 2010 et en application des principes du code mondial antidopage, toute personne coupable de trafic, de falsification, de destruction ou dégradation de tout élément relatif au contrôle, à l’échantillon ou à l’analyse est considérée en infraction.




source: http://www.ecoutedopage.fr/pages/la-legislation/les-sanctions.html